Chroniques:

Histoire de France;
Histoire du Pays de Prayssas;
Actions militaires;
Littérature, poésie;
Personnages;
Agenais;
Evènements;
Quotidien;
Religieux;
Paysages;

 

 

 



 
 

Histoire et poésie.

J'ai, en ce moment, sur ma table de travail, un bien curieux ouvrage. Il s'agit d'une Histoire de France parue au XVII' siècle. L'auteur en est François de Mézeray, né en 1610, aux environs de Sées, en basse Normandie. Son père était chirurgien.

François de Mézeray reçut une bonne éducation qu'il compléta à l'Université de Caen. Puis il partit pour Paris. Il y trouva un emploi bureaucratique de commissaire des guerres. Il le quitte, sur un coup de tête, pour s'adonner à la littérature.

Il fait tout d'abord de la poésie. Puis il passe au pamphlet. Mais c'est dans les travaux historiques qu'il va trouver sa véritable vocation. Il fait des recherches pour un ami. C'est ce qui va lui donner l'idée de faire des travaux historiques pour lui-même.

Il se mit à lire les travaux des historiens existant alors. De suite Mézeray trouva chez eux des lacunes, des interprétations erronées et des idées fausses. Il se mit donc dans l'esprit de réformer tout cela et de faire mieux. Aussi aborda-t- il ses travaux non avec une science incontestable, du moins avec une grande indépendance.

11 s'applique à son travail d'historien avec une telle ardeur qu'il tombe malade. Richelieu en est informé. Il lui donne une gratification de 200 écus. Peu après, il reçut une pension annuelle et le droit de consulter les dépôts d'archives. Aussi, dès qu'il fut guéri, Mézeray se remit au travail.

Il faut de suite noter qu'il fut un novateur. Il chargea son ami, l'académicien Jean Beaudouin d'écrire, pour chaque roi, figurant dans son Histoire de France, un quatrain destiné à rappeler les hauts faits et la physionomie du monarque. C'est ce qui nous permet d'intituler cet article : Histoire et Poésie. Et puis, Mézeray donna de son histoire, deux éditions différentes, l'une complète, l'autre abrégée.

Il fut aussi un précurseur. A cette époque, les illustrations étaient très rares dans les livres. Mézeray demanda au graveur Jacques Ris d'exécuter, pour chaque souverain, une gravure du personnage d'après les médailles, monnaies ou tout autre document.

Après tous ces préparatifs, le travail alla assez lentement. Et le premier tome de l'Histoire de France parut en 1643. L'auteur avait alors 33 ans.

Mais ouvrons l'ouvrage de Mézeray. L'ouvrage que nous avons sous les yeux est l'Histoire abrégée. Certes cet ouvrage est des plus copieux puisqu'il comprend trois gros volumes d'environ six cents pages chacun. Le papier de ces volumes est resté d'une belle blancheur et l'impression typographique est impeccable. Les illustrations sont très soignées. La gravure de chaque roi figure dans un artistique encadrement. Seule la reliure de l'ouvrage a quelque peu souffert. La couverture des trois volumes porte les armes de la famille de Crussol dont on peut voir le château en ruines dans la vallée du Rhône en face de Valence.

La dernière page de l'ouvrage indique qu'il a été achevé d'imprimer le 10 février 1668 tandis que le privilège du roi porte la date du 31 décembre 1664.

Il est intéressant de reproduire la première phrase de cette Histoire. La voici : « Le Royaume de France est le plus ancien et le plus noble de la Chrétienté ».

A présent nous allons reproduire quelques quatrains.

Nous citerons d'abord celui consacré à Clovis :
Combattre et triompher fut tout mon entretien,
J'acquis les noms de Grand, d'Heureux, de Redoutable,
Mais ces titres d'honneur n'ont rien de comparable
Au titre glorieux de Premier Roy Chrétien.

Saint-Louis est dépeint ainsi :
Un pur amour de Dieu joint [avec la justice
A fait ma politique et réglé mes desseins,
Aussi je ne crains pas que mon règne finisse
Pour être toujours Roy, faut l'être avec les Saints.

Enfin nous évoquerons le quatrain relatif à Henri IV :
Fier et brave ennemi, doux et clément vainqueur,
Grand Roi sans favoris, sans fraude et, sans vengeance,
Par force ou par amour, je reconquis la France,
Et de tous les mortels j'eus l'estime et le cœur.

Comme on vient de le voir ces quatrains ne manquent pas d'esprit d'à propos. Et l'on peut se demander s'ils n'ont pas contribué à faire de l'Histoire de Mézeray, un grand succès de librairie. Cette histoire fut traduite en allemand et en anglais. En tout cas, elle permit à son auteur d'entrer, en 1649, à l'Académie Française, et, en 1675, de remplacer Conrart comme secrétaire perpétuel.

Voici, d'ailleurs, le jugement qui a été porté sur l'œuvre de Mézeray : e Ni la vérité morale, ni le coloris n'ont manqué aux récits de Mézeray. Il ne laisse pas de tenir, dans ces jugements, la balance égale entre le peuple et la Cour, entre les protestants et les catholiques. Il est le courageux avocat du Droit contre les puissants ».

Mézeray mourut à Paris en 1683, à l'âge de 73 ans.