Chroniques:

Histoire de France;
Histoire du Pays de Prayssas;
Actions militaires;
Littérature, poésie;
Personnages;
Agenais;
Evènements;
Quotidien;
Religieux;
Paysages;

 

 

 



 
 

Un instituteur poète : René Lacoste.

René Lacoste était né, dans la banlieue d'Agen, à la fin du siècle dernier.

Au moment de choisir une situation, il opta pour la noble carrière d'instituteur. Mais, poète dans l'âme, il mena de front son métier d'enseignant et la poésie.

Son premier recueil de vers eut pour titre : « A l'ombre de ma treille ». Toujours. à propos des raisins, il publia ensuite « En l'honneur de la vigne et chasselas » et « A chaque jour, ses proverbes et son chant ».

Enfin notre auteur s'intéressa au théâtre : « Ici, là-bas, saynète du temps de guerre en deux tableaux », fut sa première pièce. Suivirent ensuite « Un coup de grosse qui fut un coup de chance », comédie en trois actes, « L'Arc-en-ciel », opérette également en trois actes, enfin, « Quand le destin s'amuse ».

Pour ne pas allonger outre mesure la longueur de cet article, nous commenterons seulement « Le Mariage de la prune et du chasselas », fantaisie champêtre en deux actes qui eut une mention honorable, en 1934, aux Jeux floraux de Nice. Un journaliste écrivit, à l'époque, que c'était une véritable réplique au « Chanteclerc » d'Edmond Rostand.

Mais revenons à la pièce qui nous occupe. Le premier acte est intitulé : « Les Fruits choisissent un roi ».

On voit sur la scène un personnage. C'est « Raisin Noir ». Celui-ci indique le motif de la réunion :

Un congrès, en ces lieux, va grouper quelques fruits. Il fait l'appel des congressistes : le Chasselas, la Prune, le Bigarreau et sa sœur la Cerise, le Coing, la Poire, le Melon, la Citrouille, l'Abricot, la Pèche la Groseille, le Marron la Figue, la Noix, la Fraise et la Framboise.

Il y a des manquants, ce qui fait dire à la Noix :

« L'absence de l'Amande est un fait très banal.
Comme celle d'ailleurs de la pauvre Noisette. »

D'autres fruits sont excusés, c'est le cas de la Châtaigne. A ce sujet, le Marron dit :

« Je viens seul, car depuis ce matin
La Châtaigne est souffrante et j'en suis fort chagrin. »

Enfin tout le monde est installé. Un secrétaire est nommé. C'est le Bigarreau qui est désigné. La liste des candidats au titre de roi des fruits est dressée. Elle comprend la Prune, l'Abricot, le Chasselas et la Poire.
Aussitôt Dame Prune expose ses titres et qualités :

« Je suis bien vieille, hélas ! Comme le Raisin Noir,
Mais du bel Agenais à l'excellent terroir,
J'ai fait la renommée, et si dans mon long voyage
J'ai semé de l'Amour pour vous.sur mon passage,
Je suis Prune d'Agen, vrai titre de Comtesse. »

On vote et la Prune est mise en minorité. Rapidement, Raisin Noir met aux voix le nom du Chasselas. L'urne circule et le Chasselas sort vainqueur. Le président proclame ce résultat et ajoute :
« Secrétaire, notez ce succès merveilleux.
Et, vous, mes chers amis, exhalez vers les cieux
Vos suaves parfums, prières de vos âmes. »

L'acte s'achève par le chœur des muses dans le contentement général.

Le second acte commence par ces vers :

« Ce matin, en congrès, les Fruits ont désigné,
Pour devenir leur roi, le Chasselas doré. »

La Prune en a gros sur le cœur. Elle ne comprend pas qu'elle, un vieux fruit de France, ait été écartée.

Le raisin le Chasselas doré qui se trouvait dans la pièce à côté et qui a tout entendu, est pris de compassion ; l'amour s'en vient tourmenter le cœur d'or du Chasselas doré. Il propose à la belle de lui succéder s'il est roi.

Mais ce n'est pas une bonne manière de toucher les cœurs féminins que de leur dire :

« Si je vous prends c'est que je n'en ai pas d'autres. »

Pour ménager l'amour-propre de la demoiselle, M. le Raisin fait le tour des personnes auxquelles il l'a préférée.

La Prune prend fort mal toutes ces déclarations. Et comme il arrive toujours en pareil cas, le monsieur se laisse prendre aux artifices de la dame. Alors Sa Majesté devint lyrique :

« La brise nous berça souvent des mêmes airs...
Et, tous deux, nous puisons dans la même lumière
L'éclat de nos couleurs...
Dans le sol du coteau nous mêlions nos racines
Et vos grains de pollen frôlent mes étamines. »

Encore quelques paroles et la glace est rompue.

« Sire, vous avez su dissiper ma colère. »

Après quelques mots chauds la cause est gagnée. Il n'y a plus qu'un détail de toilette à régler. La Prune veut simplement demander au soleil de blanchir sa robe pour le jour des noces. Le Raisin, né malin, voit tout de suite le moyen d'assurer la métamorphose.

« Vous prendrez l'habit blanc de la Prune Reine-Claude. »

Alors les souverains reçoivent l'hommage de leurs sujets. Le Raisin Noir fait le compliment d'usage :

« Je viens vous offrir, Chasselas, mon cousin,
L'hommage que l'on doit à tout grand souverain. »

Le Bigarreau tient des Muses l'heureuse nouvelle, le Chasselas lui dit :

« Tu peux te réjouir. »

Alors le Raisin Noir réplique :

« Sur ce trône royal, Sire, veuillez monter
Et vous, reine suivez, le bal va commencer. »

Pour couronner comme il convient ce joli conte, cette gracieuse féerie comme on assiste au ballet des fruits.

Nous nous arrêterons là. Maintenant, René Lacoste n'est plus. Il est décédé au cours de l'été dernier (1975). Aussi nous adresserons un hommage ému à sa mémoire.